Se former avec les Compagnons du Devoir, c’est donner l’opportunité de développer son entreprise face à un marché en constante évolution. Nous proposons un accompagnement à la carte sur 30 métiers répartis sur 6 filières.

Accompagnement des entreprises

Nous apportons une expertise et conseillons les professionnels dans la connaissance de leur environnement métier, en leur proposant une démarche d’accompagnement visant à anticiper l’évolution des entreprises et de leur cœur de métier par une meilleure gestion des compétences et des performances.

La formation continue des Compagnons du Devoir vise à mettre en place une transmission capitalisable, avec pour objectif l’appropriation des professionnels du secteur, de cette méthodologie pédagogique. Ce processus de transmission optimise le développement d’un état, d’un centre de formation, d’une ONG, ou d’une entreprise du secteur et offre une complète autonomie dans la maitrise des connaissances. Nous suivons également la qualité de la formation en contrôlant la cristallisation des compétences transmissent en effectuant des bilans de fin de stages.

Nos intervenants sont des experts métiers, pour la plupart Compagnons du Devoir et issus de fonctions opérationnelles et managériales du cœur de métier de l’entreprise accompagnée.

Les intérêts
  • Adapter les compétences des salariés à l’évolution des métiers,
  • Anticiper les changements, les opportunités, et les contraintes pour les salariés (diversification des activités, mutation technologies,…)
  • Organiser et optimiser la gestion RH (recrutement, pyramide des âges, transfert de compétences),
  • Repérer, mobiliser et développer les compétences individuelles et collectives,
  • Améliorer votre visibilité sur les marchés de votre secteur dans votre pays et à l’international,
  • Un gage de qualité de prestation traduit par une valorisation des marges,
  • Conserver une position de leader tout en optimisation ses propres performances,
  • Se réorienter stratégiquement.

Audit et faisabilité de projet

Afin d’évaluer au mieux vos besoins, nos équipes sont très mobiles et peuvent se déplacer au sein de vos locaux. Analyse de la structure, animation de conférence, préparation des supports pédagogique, proposition de déroulés pédagogique,… Autant d’éléments qui nous permettent de vous offrir une prestation de qualité accréditée par la certification ISO 9001.

Une offre de formation peut être proposée à l’issue de ce diagnostic.

Contribution hors territoire national au programme d’intérêt général des Compagnons du Devoir et du Tour de France

Est-ce possible et comment s’engager depuis l’international ?

Le « mécénat sans frontière » est possible à condition de respecter le cadre réglementaire et juridique dont l’Association des Compagnons du Devoir et du Tour de France est tributaire.

Si la traduction de « mécénat » s’avère fastidieuse entre les pays, en revanche, nous disposons de différents outils pour que chacun – quel que soit son lieu de résidence en Europe, le montant de sa générosité et la forme de mécénat employée (numéraire, de compétences, en nature) – puisse contribuer à notre programme d’intérêt général depuis l’étranger et tout particulièrement depuis un pays européen.

Il existe bien une politique de mécénat international. Explications sur cette déductibilité fiscale des dons versés au bénéfice d’organismes d’intérêt général, pas exclusivement réservée aux seuls organismes du territoire national[1].

 

  • Pour les donateurs (personne privée ou entreprise) situés en Outre-mer

Un don franco-français est soumis aux règles de droit françaises sur l’ensemble du territoire français.

  • Pour un donateur privé il s’agit d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % du montant du don dans la limite de 20 % de son revenu imposable (CGI, art. 200). 
  • Pour une entreprise on applique une réduction d’impôt égale à 60 % de la valeur de la somme donnée, dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires hors taxe (CGI, art. 238 bis).

 

  • Pour les donateurs situés en Europe

La Fondation de France, notamment membre du réseau TGE (Transnational Giving Europe), après l’acceptation de notre dossier de demande, nous permet depuis juin 2017 de mobiliser des ressources à l’échelle européenne venant de : la Belgique, la Bulgarie, l’Allemagne, la Croatie, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Espagne, la Suisse et le Royaume-Uni. Il s’agit d’accords de réciprocité entre fondations « référentes »[2].

Le donateur s’adresse au service partenariat et mécénat des Compagnons du Devoir qui consulte la Fondation de France. Cette dernière avec la fondation partenaire se charge d’éditer le reçu fiscal pour le donateur. 

  • Le donateur bénéficiera alors des avantages fiscaux prévus par la législation de son pays de résidence. A noter que si l’entreprise située à l’étranger est soumise à l’impôt en France, elle pourra bénéficier des dispositifs français.
  • TGE, créée en 1999, offre un système rapide, précis et transparent pour l’ensemble des donateurs (privés ou entreprise) en Europe.

 

  • Pour les donateurs situés en dehors de la zone européenne   

A l’exception du statut juridique spécial « American Friends of », à ce jour inexistant chez les Compagnons du Devoir, il est difficile de donner depuis un pays non européen. Les donateurs hors Europe ne vont pas pouvoir prétendre à une réduction d’impôts dans leur pays d’origine. En revanche il est possible de passer par une Fondation dont l’activité est internationale pour contribuer au programme d’intérêt général des Compagnons du Devoir. Une entreprise basée à l’international qui possède une entreprise stable en France et soumis à l’impôt sur les sociétés en France, pourra recevoir une réduction d’impôt.

 


[1] Décret n° 2011-225 du 28 février 2011 fixant les conditions d'application du 4 bis des articles 200 et 238 bis et du I de l'article 885-0 V bis A du code général des impôts pour les dons et versements effectués au profit d'organismes dont le siège est situé dans un Etat membre de l'Union européenne ou partie à l'Espace économique européen. https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2011/2/28/EFIE1100170D/jo  

Les Compagnons du Devoir croient en la mobilité transnationale comme l’un des moyens les plus importants d’acquérir de nouvelles compétences (connaissances, aptitudes et attitudes) pour améliorer l’épanouissement personnel des participants et leur employabilité sur le marché du travail européen. Pour cette raison, notre principal objectif est de proposer des programmes de qualité pour permettre aux participants de tirer le maximum de leur formation française et de leur expérience personnelle dans nos centres de formation.

Organisme de formation professionnelle, Les Compagnons du Devoir ont une grande expérience dans l’organisation de projets de mobilité à l’étranger et ont obtenu la Charte EFP Erasmus+ en 2016.

Les apprentis en formation chez nous en France ont un court stage de 3 semaines en entreprise à l’étranger dans le cadre de leur formation de base.  Dans le cadre du cursus du "compagnon", les stagiaires en formation passent un an à travailler à l’étranger pour développer leurs connaissances et leur compréhension des autres cultures, langues et environnements de travail. Les stagiaires en formation ont également la possibilité de participer à nos cours spécialisés internationaux de formation. Depuis 2004, presque 15 000 apprentis et plus de 6 250 compagnons sont partis à l’étranger.

Pour en savoir plus sur les projets de mobilité, cf. les documents Action pour la Mobilité

Grâce à un grand réseau de centres de formation et d’entreprises, nous pouvons également accueillir des stagiaires étrangers et leur offrir une expérience de stage en entreprise qualifié et de formation à même d’enrichir les compétences professionnelles des participants. 

Projet mobilité longue des apprentis

Dans le cadre d’un projet pilote soutenu par la Commission européenne, Les Compagnons du Devoir coordonnent depuis septembre 2016 un consortium de plus de 30 centres de formation de 12 pays européens. L’objectif : tester les modalités permettant à des apprentis de partir se former en alternance dans un autre pays de l’UE pendant 6 à 12 mois. Au-delà de participer à la revalorisation de l’image de l’apprentissage et de donner les mêmes opportunités de mobilité aux apprentis qu’aux étudiants du supérieur, ce projet pose les bases d’un cadre européen de l’apprentissage.